Comment la démesure scientifique mène à la criminalité biomédicale. A propos de Biohackers.

Par Elise ROUMEAU, Doctorante en droit privé et sciences criminelles, Université Clermont Auvergne, CMH EA 4232, F-63000 Clermont-Ferrand, France

Après avoir diffusé Ad Vitam1, Transferts2, ou encore Helix3, la plateforme Netflix a ajouté à son catalogue de séries relatives à la criminalité biomédicale Biohackers4, une série originale allemande. Dans cette première saison, pas de dystopie mais une intrigue portant sur le recours aux nouvelles technologies biomédicales, notamment aux techniques de modifications du génome. Certains relèveront quelques incohérences quant aux capacités de l’une des principales protagonistes qui, dès sa première année en faculté de médecine, maîtrise habillement des techniques de scientifiques chevronnés. Nonobstant ces détails, Biohackers est digne d’intérêt. Cette fiction donne à s’interroger sur divers aspects de l’utilisation des technologies biomédicales.

  • Pourquoi et comment certains scientifiques s’arrogent-ils le droit de dépasser le cadre normatif pour leur pratique ?
  • Quelles peuvent être les conséquences d’une utilisation illimitée de ces technologies ?
  • Qui sont les victimes, avérées ou potentielles, de ces applications biomédicales parfois prohibées ?

Ainsi, Biohackers permet de suivre les activités illégales qu’une célébrité du monde scientifique entreprend pour mener à bien un projet démiurgique, tout en pointant les conséquences d’une utilisation des technologies biomédicales à des fins criminelles.

D’homo sapiens à homo deus : quand le scientifique se veut démiurge

Le Docteur Lorenz, directrice éponyme d’un centre de recherches, dispose d’un laboratoire personnel à son domicile. Elle est présentée comme une personnalité particulièrement influente dans son domaine. Sujet de nombre d’interviews, auteur de recherches innovantes, elle ne cache pas complètement ses aspirations à ses étudiants : pour elle, il s’agit de passer de l’état de créature à celui de créateur, de rendre Dieu superflu.  Très vite, le Docteur Lorenz laisse entrevoir certaines caractéristiques du trouble de la personnalité narcissique, tel qu’il est décrit dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5). Si ce trouble se distingue initialement des personnalités antisociales par l’absence d’agressivité, certaines caractéristiques sont toutefois similaires (manipulations, absence d’empathie, etc.). Aussi un inquiétant basculement s’opère-t-il dans Biohackers lorsque l’objectif visé par le Docteur Lorenz lui échappe.

Ses cours magistraux se transforment en un spectacle dont elle est la seule protagoniste, durant lequel elle n’hésite pas à se mettre en avant, à énoncer avec grandiloquence – voire avec une certaine arrogance – l’importance de ses travaux, à inviter ceux qui l’écoutent à signer des pétitions pour obtenir le droit de mener de nouvelles recherches. Selon elle, en médecine, il ne s’agit pas de reproduire des solutions déjà éprouvées, mais d’en trouver d’autres. Aussi pousse-t-elle les étudiants qui assistent à ses leçons à se dépasser, à se mettre en avant, arguant que la modestie ne mène nulle part. Lorsqu’elle évoque son centre de recherches, elle insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas de l’un des leaders mais du leader en la matière. D’ailleurs, cette femme, qui dispose dans sa salle à manger d’un immense portrait d’elle, ne compte pas se noyer dans la masse des autres scientifiques : elle veut faire la découverte qu’aucun autre n’est parvenu à faire, s’aventurer là où personne n’est allé, pour finalement permettre à des milliers de malades qui devraient mourir d’une pathologie génétique de retrouver la santé. Là où certains pourraient alors s’arrêter, sans doute freinés par les limites imposées par un cadre institutionnel ou normatif, cette scientifique n’hésite pas à franchir quelques interdits.

Nombre de principes éthiques internationaux sont violés : la primauté des intérêts du cobaye humain sur ceux de la science5, l’exigence d’un rapport favorable entre les bénéfices et les risques potentiels6, l’exigence d’une approbation par un comité d’éthique indépendant7 et bien d’autres, comme l’obligation de recueil d’un consentement libre et éclairé du cobaye8 également prévue par le Pacte international des droits civils et politiques9.

Ainsi utilise-t-elle son laboratoire particulier pour mener les recherches que l’université n’autoriserait pas, sous couvert d’une justification qu’elle estime imparable : maintenir en vie l’un de ses étudiants – et cobaye – souffrant de la maladie de Huntington. Pourtant, ce malade prénommé Jasper n’est autre qu’une victime du chantage de la scientifique, qui doit se plier à ses exigences pour rester en vie. Une exploitation qui, en fait, apparaît dès le début de la série quand elle explique que Jasper lui appartient et qu’elle le prête à ses étudiants pour répondre à leurs questions. Ici l’emploi d’un vocabulaire propre aux biens n’a rien d’anodin et ne fait que refléter le peu d’importance que la scientifique attache à cet individu. De prime abord, le lien entre le Docteur Lorenz et Jasper pourrait apparaître comme privilégié, pourtant il s’agit davantage d’une relation intéressée où l’empathie n’a pas sa place. L’obligation internationale du médecin de ne pas « se laisser influencer dans son jugement par un profit personnel » ne semble même pas envisagée. Aussi l’on se demande quel respect de la vie humaine il y a dans une telle relation. Où se trouve le respect des intérêts du patient normalement dû par le médecin ?10. Mais, Jasper est loin d’être l’unique victime de cette scientifique dont l’égo ne semble avoir d’égal que la démesure de ses travaux. Sous couvert d’objectifs louables puisqu’elle dit vouloir supprimer l’ensemble des anomalies génétiques, le Docteur Lorenz banalise l’expérimentation médicale et, par-là même, réifie les cobayes sur lesquels elle mène ses recherches. Par cette réification, il s’agit d’accentuer la position de sujétion dans laquelle se trouvent ces cobayes, en les poussant à faire abstraction de leur conscience et en effaçant toute forme de volonté propre11.

De la médecine à la criminalité : quand les biotechnologies deviennent une arme

Alors que Biohackers s’ouvre sur une étrange succession de malaises cardiaques à bord d’un train, le spectateur découvre au fil des épisodes la raison pour laquelle ces personnes sont souffrantes et la manière dont elles sont tombées malades. On apprend surtout qu’elles sont victimes d’un projet de plus grande ampleur. En effet, l’activité biomédicale illégale du Docteur Lorenz s’étale dans le temps et semble débuter au moins vingt ans avant avant les évènements du train, qui peuvent être qualifiés d’attentat, alors qu’elle exerçait dans un centre de procréation médicalement assistée. A cette époque déjà, la narcissique Docteur Lorenz veut réécrire l’histoire avec son projet bien nommé Homo Deus, présenté comme devant être la révolution copernicienne de la médecine.

Souhaitant ériger l’optimisation génétique en norme, la scientifique a tiré profit des difficultés de certains individus à avoir des enfants. Pourtant, il n’y a qu’à voir le rejet international de l’eugénisme12 pour comprendre que ces pratiques ne peuvent être autorisées. Le philosophe Jürgen Häbermas explique à cet égard qu’il pourrait y avoir un « droit à un héritage génétique n’ayant pas été soumis à une intervention artificielle »13. Mais, profitant de l’activité du centre de procréation médicalement assistée, elle a modifié génétiquement les embryons devant être implantés pour les rendre malades afin de pouvoir ensuite expérimenter une thérapie génique. Ces embryons devenus des enfants sont des cobayes malgré eux, comme le constate la jeune Emma – autrement nommée Mia – à son sujet et celui de son jumeau, décédé à l’âge de dix ans.

Le projet Homo Deus, que le Docteur Lorenz pensait être un échec, renaît lorsqu’elle découvre qu’Emma est l’un de ses cobayes et que, toujours en vie, elle dispose d’un système immunitaire particulièrement puissant. Cette découverte ne fait alors que renforcer la volonté de la scientifique dans sa quête effrénée de sauvetage de l’humanité par la suppression de l’ensemble des maladies génétiques. Toutefois, il lui faudrait pour cela pouvoir compter sur l’implication de son dernier cobaye en vie pour mener à son terme l’expérimentation débutée plusieurs dizaines d’années auparavant. Or, Emma – ou Mia – est loin de consentir à une telle participation :  réprouvant les travaux du Docteur Lorenz, elle compte dévoiler le projet mené par cette célébrité du monde scientifique.

C’est là que l’ambition prétendument humaniste de la scientifique se mue en une volonté destructrice. Initialement, les vecteurs génétiques étaient censés permettre de véhiculer de l’ADN dans les cellules humaines et, ainsi, de retirer la partie altérée du génome pour le remplacer par une séquence saine. Pourtant, le potentiel des thérapies géniques développées au centre Lorenz n’est pas exploité de cette manière. Pour empêcher Emma de lui échapper et de révéler l’existence du projet Homo Deus, le Docteur Lorenz, par l’intermédiaire de Jasper, utilise des moustiques génétiquement modifiés pour transmettre un virus très virulent, s’en prenant par-là même aux passagers du train dans lequel Emma se trouve. Souffrant d’atteintes cardiaques dues à l’inoculation par les moustiques d’un virus Coxsachie artificiel, ces passagers font en fait partie des victimes collatérales d’un crime contre l’espèce humaine. En procédant à ces expérimentations illégales sur la modification du génome d’embryons, c’est en effet l’espèce dans son ensemble qui entend être modifiée par le Docteur Lorenz. Outre sa personnalité narcissique, il semblerait que la scientifique ne porte que peu d’intérêts aux risques auxquels elle expose la population du fait de ses recherches. Ici, même la doctrine utilitariste semble dépassée. En effet, cette philosophie développée notamment par Bentham14 est avant tout conséquentialiste. Elle repose sur le calcul des plaisirs et des peines de chacun. Or, ici, l’évaluation des souffrances est complètement omise.  Seuls les bénéfices apportés par ses expérimentations intéressent le Docteur Lorenz. Aussi est-il difficile de ne pas se demander, eu égard à sa personnalité, quelle est la frontière entre les intérêts de l’humanité et ses intérêts personnels.

***

En donnant à observer les conséquences d’une utilisation débridée des technologies biomédicales, Biohackers pousse à s’interroger sur notre société et sur le sens qui doit être donné au « progrès ». Dans cette série où les organismes génétiquement modifiés peuvent être créés par n’importe quel étudiant en biologie et où le transhumanisme est perçu comme une sphère d’influence sur les réseaux sociaux, on en oublierait presque l’encadrement normatif des modifications transmissibles du génome et, plus généralement, de l’expérimentation médicale. Pourtant, à en voir les travaux de He Jiankui, l’encadrement des techniques de modifications du génome est bien l’un des enjeux cruciaux de notre société et implique de porter une attention toute particulière à la protection du cobaye humain qu’il soit déjà une personne, ou qu’il soit en passe de le devenir.

E. R.



Citer ce billet
Anne-Blandine Caire (2020, 15 septembre). Comment la démesure scientifique mène à la criminalité biomédicale. A propos de Biohackers. Criminogonie. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndvf

  1. Cailley, Mounier, 2018. []
  2. Scasso, Benedek, 2017. []
  3. Maeda, Moore, Porsandeh, 2014-2015. []
  4. Ditter, 2020. []
  5. point 8 de la Déclaration d’Helsinki de l’Association médicale mondiale, révisée en 2013. []
  6. point 16 de la Déclaration d’Helsinki de l’Association médicale mondiale, révisée en 2013. []
  7. point 23 de la Déclaration d’Helsinki de l’Association médicale mondiale, révisée en 2013. []
  8. point 25 et suivants de la Déclaration d’Helsinki de l’Association médicale mondiale, révisée en 2013. []
  9. article 7 du PIDCP, 1966. []
  10. Code international d’éthique médicale de l’Association médicale mondiale, révisé en 2006. []
  11. Voir en ce sens : A. Fattam, « La victimologie : les critiques épistémologiques et les attaques idéologiques », Déviance et société, 1981, p. 83. []
  12. Voy. par exemple : Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l’Homme. []
  13. J. Häbermas, L’avenir de la nature humaine, Vers un eugénisme libéral ?, Gallimard, « Tel », 2015, p. 46. []
  14. J. Bentham, An Introduction to the Principles of Morals and Legislation, 1780. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/12/2020

    […] Comment la démesure scientifique mène à la criminalité biomédicale […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search