King Kong Théorie de Virginie Despentes: une mise en perspective du viol

Par Aristide Pioch, étudiant du Master 2 Carrières Judiciaires, Université Clermont Auvergne (promotion 2020-2021)

“Virginie Despentes” by zigazou76 is licensed with CC BY-NC-ND 2.0. To view a copy of this license, visit https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/

Virginie Despentes est une autrice féministe et iconoclaste. Elle a notamment publié deux ouvrages consacrée à la sexualité et au genre : Baise-moi en 19941 et Bye Bye Blondie en 20042. Elle a ensuite participé à leur adaptation cinématographique.

En 2006, elle publie King Kong Théorie3. Ce livre, manifeste féministe revendiqué, explore les thèmes du viol, de la prostitution et du genre avec une rage émouvante aux accents de combat. Il invite son lecteur à une réflexion providentielle en ces temps où la question des violences sexuelles investit les conversations et se construit en tant que problème public majeur. L’autrice nous permet de penser le viol avec le genre et ainsi de le mettre en perspective en tant que crime. Nous mettrons de côté la problématique des viols commis sur les hommes car elle n’est pas présente au sein de l’œuvre commentée et apparaît subsidiaire dans les différentes statistiques consultées4.

I. Le viol, une violence structurant les genres

« Jamais semblables, avec nos corps de femmes. Jamais en sécurité, jamais les mêmes qu’eux. Nous sommes du sexe de la peur, de l’humiliation, le sexe étranger. C’est sur cette exclusion de nos corps que se construisent les virilités. »

Virginie Despentes, King Kong Théorie.

Tels sont les mots qu’emploie Virginie Despentes pour introduire la scène de son viol lors du troisième chapitre de son essai. Elle ne le présente pas comme un événement exceptionnel, venu troubler le cours normal des choses, mais comme un événement inscrit dans les rapports de genre et situé au cœur de leur construction.

D’un coté, le viol, parfois véritable rite initiatique, participe de l’imaginaire symbolique du genre masculin. De l’autre, à l’opposé, en miroir, le genre féminin se construit lui aussi en référence au viol: « C’est le projet du viol qui refaisait de moi une femme, essentiellement vulnérable. »

A la suite des travaux féministes dont elle se revendique, Virginie Despentes envisage le viol comme une violence de genre établie en tant que système et non comme une violence exceptionnelle générée contre le donné social et étrangère à ce dernier. Elle l’identifie comme un fait social innervant le genre masculin: “Le viol (…) synthétise un ensemble de croyances fondamentales concernant la virilité.” Le viol n’est donc pas pensé comme un acte déviant mais comme élément constitutif de la virilité: l’homme contient la potentialité du viol.

Le viol est donc appréhendé comme un fait social total et, surtout, structurant. Structurant d’abord car ordinaire dans sa prévalence; structurant ensuite car faisant partie d’un continuum de violences sexuelles; structurant enfin car participant à la construction normale du genre.

Cette thèse est d’ailleurs corroborée par les rares et récentes enquêtes relatives à l’ampleur des violences de genre, notamment sexuelles. A cet égard, deux travaux retiennent l’attention: l’enquête « Virage » effectuée par l’Ined5 et l’enquête commandée à l’IFOP par la fondation Jean Jaurès6.

La première donne deux estimations significatives: d’une part, 4 % des femmes auraient au moins été victimes d’un viol ou d’une tentative de viol au cours de leur vie ; d’autre part, 14,5 % auraient au moins été victimes d’une agression sexuelle. La deuxième enquête, moins massive mais tout aussi sérieuse, avance les chiffres de 12 % de femmes victimes d’au moins un viol au cours de leur vie et de 43 % victimes d’au moins une agression sexuelle. Cette différence statistique s’explique d’abord par l’emploi de deux méthodologies différentes et ensuite par la date de réalisation : 2015 pour la première, 2018 pour la seconde. Nous pouvons ainsi avancer l’hypothèse d’une libération de la parole dans le sillage du mouvement MeeToo.

Si la réalité statistique des violences sexuelles n’est pas encore précisément établie, le caractère massif de leur prévalence ne fait plus de doute. Le viol, dans la continuité des autres violences de genre, relève ainsi de la normalité des rapports sociaux. Dès lors, se poser la question de leur place respective dans la construction des genres et dans la structuration des rapports sociaux semble pertinent.

Virginie Despentes nous invite ici à penser le viol hors du cadre juridique habituel. C’est d’autant plus urgent que le débat public, s’il s’est saisi avec vigueur de la question depuis quelques années, a tendance à l’appréhender seulement dans le champ de la répression pénale ou de la clinique psychologique des victimes.

Au-delà de l’identification du viol comme fait social, l’autrice raconte le viol qu’elle a subi avec une amie lorsqu’elle a été prise en stop à la fin de son adolescence. Elle jongle alors entre théorisation et mise en récit de la singularité de son expérience. Elle nous rappelle ainsi la place fondamentale du viol dans la construction identitaire d’une femme qui en a été victime.

« J’imagine toujours pouvoir un jour en finir avec ça. Liquider l’événement, le vider, l’épuiser. Impossible. Il est fondateur. De ce que je suis en tant qu’écrivaine, en tant que femme qui n’en est plus tout à fait une. C’est en même temps ce qui me défigure et ce qui me constitue. »

Virginie Despentes, King Kong Théorie

Ce rappel est loin d’être anecdotique. Au contraire, il permet d’éviter l’écueil de la banalisation des effets du viol: ce dernier n’est sans doute pas exceptionnel (il est peut-être même courant), mais ses conséquences sur la vie des femmes sont lourdes et irréparables. Le débat public qui s’ouvre lentement à ce problème social majeur n’en est que plus important.

En définitive, Virginie Despentes nous a permis d’appréhender le viol en tant que fait social. A l’aune de ses réflexions, il nous appartient maintenant de mettre en perspective la réalité de sa prise en compte par la justice pénale.

II. Le viol, du fait au crime

Le droit pénal, quant à lui, appréhende le viol en tant que crime et organise la répression de ses auteurs. La science criminologique, pour l’appuyer, cherche à constituer un savoir autour des auteurs et de leurs victimes. La répression organisée dans ce cadre est virulente.

Le stigmate de la condamnation pour viol s’apparente à une véritable exclusion de la communauté. Virginie Despentes relève d’ailleurs que les violeurs se définissent eux-mêmes rarement comme tels : “les hommes condamnent le viol. Ce qu’ils pratiquent c’est toujours autre chose“.

Les peines attachées à cette condamnation sont lourdes : le viol non aggravé est puni par l’article 222-23 du Code pénal de quinze années de réclusion criminelle.

Cette répression ferme reste cependant ciblée et résiduelle par rapport au caractère massif du phénomène. Seule une infime minorité des viols sont appréhendés par la justice pénale. Le dépôt de plainte constitue en la matière l’exception plutôt que la règle : 15 % selon l’enquête IFOP précédemment citée.

Dans son appréhension par la justice pénale, le viol apparaît comme exceptionnel, presque monstrueux : il trace une frontière entre les violeurs (une minorité infime) et les innocents, entre les femmes en général et celles qui sont victimes de victimes de viol en particulier. Or, si le viol en tant que fait social structure, dans un continuum de violences sexuelles, non seulement les relations entres les femmes et les hommes mais également la construction de leur genre, alors l’appréhension du viol par le champ pénal dissimule l’ordinaire et l’évident en disant l’exceptionnel.

S’il faut déconstruire sinon détruire le genre masculin pour mettre fin aux violences sexuelles contre les femmes, alors le droit pénal est à contre-courant. De ce point de vue, si l’on accepte d’aller à l’encontre de la doctrine majoritaire et essentialiste du crime pour qui “l’existence du ‘crime’ et de ‘criminels’ est généralement considérée comme un ‘donné’, comme un fait social naturel et non comme un processus de définition (sélective)7, nous pouvons dire que la politique criminelle crée l’exceptionnel, c’est à dire le viol en tant que crime. Elle l’éloigne du commun et en fait l’affaire des victimes et des violeurs et non l’affaire de tous. C’est pourtant ce qu’il devra devenir pour que les hommes, un jour, arrêtent de commettre des viols.

Autrement dit, la politique criminelle nous cache ainsi le caractère structurel du viol et la nécessité, pour l’éliminer, de déconstruire absolument les genres et tous les rapports sociaux bâtis sur ces derniers.

« Le viol c’est la guerre civile, l’organisation politique par laquelle un sexe déclare à l’autre : je prends tous les droits sur toi, je te force à te sentir inférieure, coupable et dégradée ».

Virginie Despentes, King Kong Théorie

Appréhender le viol comme un acte de guerre est alors un cadrage possible. La justice pénale est une justice de paix. Or, si le genre masculin est en guerre contre le corps des femmes et se construit contre lui, la paix est hors de propos: il faut déjà mettre fin à la guerre.

***

La justice pénale ne sera pas – en tout cas seule – l’instrument qui mettra fin aux viols et, plus largement, aux violences sexuelles que subissent les femmes. Il faut lutter contre une forme de populisme pénal qui pourrait parfois nous inciter à penser le contraire. D’autres outils conceptuels peuvent être mobilisés et constituer des pistes de réflexion voire de futurs moyens d’action. Nous songeons notamment à la notion de “situation problème” développée dans le cadre de la pensée de Louk Hulsman8. Il ne faut pas simplement envisager le viol comme un crime, c’est-à-dire comme un phénomène ponctuel. Il faut plutôt le penser comme une “situation problème“, à savoir comme un phénomène structurel. Cette proposition ne nie pas la violence du phénomène mais permet au contraire d’opérer un élargissement focal, de se décentrer de l’individu afin d’agir sur la structure : ici le genre.

Comme le souligne l’autrice de King Kong théorie, le viol ne peut plus être « la blessure d’une guerre qui doit se jouer dans le silence et l’obscurité ».

A. P.

  1. Nadia Louar, « Version femmes plurielles: relire Baise-moi de Virginie Despentes », Palimpsestes, 22 | 2009, 83-98. []
  2. Michèle A. Schaal, “Un Conte De Fées Punk-Rock Féministe : ‘Bye Bye Blondie’ De Virginie Despentes.” Dalhousie French Studies, vol. 99, 2012, pp. 49–61. []
  3. Virginie Despentes, King Kong Théorie, Grasset, Paris, 2006. []
  4. La part des hommes victimes de viols ou tentatives en France sur la période 2011-2018 est de 16 %. Cf. Enquête Cadre de Vie et Sécurité publiée en 2019 par l’INSEE en partenariat avec l’ONDRP et le SSMSI. []
  5. Enquête “Virage : violences et rapports de genre” réalisée par l’Institut National d’Études Démographiques durant l’année 2015. []
  6. Enquête sur les violences sexuelles réalisée en février 2018 par l’IFOP pour la Fondation Jean Jaurès. []
  7. Sur ce point, voy. Gassin Raymond, Criminologie, 2007, p.43. []
  8. Voy. notamment: J. Bernat de Celis et Louk Hulsman, Peines perdues, le système pénal en questions, 1982, p.95. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne-Blandine Caire (23 août 2021). King Kong Théorie de Virginie Despentes: une mise en perspective du viol. Criminogonie. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndvh


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search