Approche criminologique du roman Toutes blessent, la dernière tue de Karine Giebel

Par Nadège Salvan,  étudiante du Master Carrières Judiciaires, Université Clermont Auvergne (promotion 2020-2021)

L’esclavage moderne est au cœur d’importantes problématiques contemporaines comme en témoigne le sort des Ouïghours, minorité de la région du Xinjiang, dont certains membres sont soumis au travail forcé1. Ce thème est celui du thriller psychologique de Karine Giebel. Avec l’aide de l’Organisation Internationale Contre l’Esclavage Moderne (OICEM), l’auteure a pu dépeindre, sous les traits d’une jeune fille marocaine soumise à la servitude domestique, la triste réalité d’une société où l’esclavage existe toujours.

Toutes blessent, la dernière tue. Dans sa version latine « vulnerant omnes ultima necat », cette sentence fut longtemps inscrite sur les cadrans d’horloge. Elle fait référence au temps qui passe et à la mort, cette fin inéluctable qui attend tout être vivant. Le thriller de Karine Giebel retrace l’histoire terrible de Tama, jeune marocaine réduite à la servitude après avoir été vendue par son père à l’âge de neuf ans. L’ouvrage permet également de découvrir la personnalité de Gabriel, homme meurtri, devenu tueur. Néanmoins, nous nous focaliserons ici sur le seul cas de Tama et de sa relation avec Izri.

Dans ce thriller, l’auteure aborde des thématiques actuelles d’abord en dressant le portrait complexe d’une victime de l’esclavage moderne, soumise aux mécanismes de l’asservissement (I), puis en décrivant les traits singuliers d’une enfance maltraitée dont il est impossible de sortir véritablement indemne (II). 

La (re)victimisation de Tama, une victime idéale

Toutes blessent, la dernière tue : ce titre singulier fait entrer directement le lecteur dans le climat instauré par ce thriller. Il vient lui indiquer qu’il ne sortira pas indemne de cette expérience narrative, que chaque page tournée le blessera un peu plus fort, avant que la dernière finisse par l’achever. 

Mais cette formule prend tout son sens quand elle est perçue par le prisme du personnage de Tama : elle apparaît comme une expression funeste du devenir de la jeune esclave, sa seule issue étant une mort certaine. 

Il est alors possible d’évoquer le concept de victime latente2. Il s’agit d’une personne manifestant du fait de sa condition psychique, physique, sociale ou encore par des actions à risque, une prédisposition à être victime. Ezzat Abdel Fattah entendait les victimes latentes comme « les sujets qui révèlent une disposition inconsciente à devenir victimes, et qui de ce fait exercent sur le criminel une attraction semblable à celle que l’agneau exerce sur le loup »3.

Or, le portrait de Tama est le portrait idéal de la victime latente: elle présente précisément cette disposition inconsciente à devenir victime évoqué par Ezzat Abdel Fattah du fait de sa condition sociale, physique et psychique . Tout d’abord, la fillette vient d’une famille relativement pauvre et peu instruite, elle est marginalisée en raison de son statut d’immigrante, elle présente en outre une certaine faiblesse de par son jeune âge4

Cette jeunesse la fait d’ailleurs entrer dans la catégorie des victimes entièrement innocentes érigée par Benjamin Mendelsohn5: Tama n’a aucunement participé à sa propre sa victimisation et n’est nullement responsable de ce qui lui arrive. 

Surtout que Tama est sujette à la victimisation à répétition6. Ce concept désigne la probabilité élevée qu’une victime d’une première infraction soit prise pour cible une deuxième fois. Il y aurait une sorte de prédisposition accrue à une nouvelle victimisation pour la personne ayant déjà été victime. A cet égard, Maurice Cusson a d’ailleurs parlé de la convergence des délinquants vers une cible attirante, plus vulnérable et plus accessible7

Après avoir subi la servitude domestique des années durant chez ses premiers bourreaux, avoir été violée par l’un de ses tortionnaires et soumise au travail forcé, Tama a aussi été victime de violences conjugales. Cette victimisation multiple ou re-victimisation peut s’expliquer ici notamment par la relation liant la victime et le(s) coupable(s)8. Il est possible de déterminer deux formes de couples dans lesquels Tama aurait toujours le rôle de la victime: celui formé par le bourreau domestique et son souffre-douleur d’un côté, celui où la victime battue affronte un conjoint violent. 

Les femmes ayant des antécédents de mauvais traitements, comme Tama, seraient d’ailleurs plus exposées à des relations de couples violentes à l’âge adulte9. Et cette re-victimisation est parfaitement dépeinte par la relation conjugale entretenue par Tama et Izri, ce dernier se rendant coupable de violences conjugales. La victime restant dans la même situation, sera alors exposée à la répétition des infractions causées par le même coupable10

Par ailleurs, la jeunesse et le statut d’immigré de Tama font qu’elle a un risque plus élevé d’être sujette à la re-victimisation11. Cette impression d’absence d’échappatoire, de spirale infernale, de cercle vicieux duquel Tama ne pourra se soustraire, est parfaitement décrite par les mots qu’elle ne cesse de se répéter :

 « Maman disait de moi que j’étais un ange. Un ange tombé du ciel. Un ange tombé de haut. Tombé si bas. Ce que maman a oublié de dire, c’est que les anges qui tombent ne se relèvent jamais. »

Karine Giebel, Toutes blessent, la dernière tue, Belfond, 2018.

Il est possible d’entrevoir par ces mots, l’état d’esprit de la jeune esclave. Soumise à la servitude domestique et aux violences à répétition, elle a été façonnée par les mécanismes de l’asservissement. Le conditionnement, l’isolement et les pressions qu’elle subit chaque jour de sa vie font taire toute possibilité de rébellion et de fuite. En outre, cette absence de perspective est entérinée par le silence et l’indifférence dont fait preuve son entourage, qui tait un sujet tabou et nie cette illustration pourtant réelle de l’horreur. Tama ne sera véritablement délivrée de son asservissement que par la mort : 

« Apprends-moi ce qu’est la mort. 

Dis-moi qu’elle est douce, qu’elle est juste.

 (…) Jure-moi qu’entre ses mains, il n’y a ni maître ni esclave. 

(…) Promets-moi qu’en son royaume, on oublie ses blessures et ses chaînes. »

Karine Giebel, Toutes blessent, la dernière tue, Belfond, 2018.

La personnalité d’Izri : de victime à criminel 

Izri est un « criminel-victime »12, à la fois souffre-douleur et bourreau. Le lecteur éprouvera tout d’abord de l’empathie pour ce personnage, dont l’enfance a été rythmée par la maltraitance. C’est son père qui s’en est rendu coupable.Enfant maltraité et violenté, Izri est lui aussi une victime idéale sujette à la re-victimisation, du fait de sa jeunesse et de sa vulnérabilité. 

Néanmoins, il n’est pas resté un enfant, faible et vulnérable. Après des années de souffrance et d’ultimes violences commises par son père, Izri a fini par se rebeller et porter le coup fatal. La victime est donc devenue criminelle. Ce type d’individu est désigné par Henri Ellenberger par l’expression « criminel-victime »: une personne, initialement victime, devient ensuite criminelle. Cette expression vient souligner l’effet transformateur de la victimisation, qui facilite le passage vers la criminalité13

Autrement dit, c’est la victimisation subie par le « criminel-victime » qui, souvent, justifie et motive son passage à l’acte. Cette victimisation est à la base de la transformation de la victime en un agresseur qui se rend coupable d’un crime légitimé par son caractère justicier. Le passage à l’acte est alors permis par les souffrances qu’a endurées la victime, le sentiment d’injustice qu’elle ressent et le désir de vengeance qui l’anime14.

La personne peut alors être perçue comme criminelle ou comme victime en fonction des circonstances. L’enfant victime de maltraitances devenu le bourreau de son tortionnaire illustre parfaitement ce processus. Ainsi le cas d’Izri montre-t-il que la victimisation peut transformer une personne en criminel : toutes les souffrances et violences qu’il a subies ont favorisé son passage à l’acte et sa transformation de victime en agresseur. 

Par ailleurs, la relation entretenue entre le bourreau et le souffre-douleur est complexe et régie par des réactions complémentaires, symétriques ou répétitives. Le statut de victime et celui de criminel tendraient alors à devenir interchangeables en fonction des événements. Les deux acteurs de cette relation violente seraient en fait des victimes latentes, sur lesquelles pèseraient un fort potentiel de victimité. Izri et son père sont les sujets d’une relation complexe où les rôles de victime et de criminel ne peuvent être attribués définitivement à l’un ou à l’autre. Néanmoins, Izri deviendra l’ultime criminel de cette relation lorsqu’il portera le coup fatal à son père. 

Les autres comportements violents d’Izri (violence envers Tama, conduites à risques, délinquance, qui le conduiront d’ailleurs jusqu’à la mort) peuvent sans doute être rattachés à son passé d’enfant violenté. Alice Miller a notamment mis en exergue les conséquences des maltraitances infantiles15

Cette psychanalyste a déduit des traumatismes répétés ou prolongés une prédisposition aux prises de risques multiples comme les comportements prédélinquants ou délinquants et l’usage de drogues16. Certains troubles de la personnalité peuvent aussi être dus à la maltraitance infantile subie. Il est fait référence ici aux personnalités anti-sociales ou encore évitantes17. Izri pourrait potentiellement être rapproché de la première dans la mesure où il exprime un certain mépris envers les lois, un besoin de pouvoir et fait preuve d’agressivité . 

Enfin, les maltraitances ainsi que les carences affectives subies dans l’enfance pourraient expliquer une prédisposition à la violence à l’âge adulte. Il y aurait une « transmission transgénérationnelle »18 de la violence et donc une répétition de celle-ci. Les enfants maltraités seraient plus enclins à être violents à l’âge adulte, dans la mesure où leur propre enfance, ne leur aurait pas donné la possibilité de se « construire une personnalité solide et sereine »19. En somme, l’agressivité et la délinquance d’Izri pourraient être la conséquence directe des violences subies durant son enfance, qui l’auraient empêché de se construire sereinement.

Cette idée met en lumière le débat relatif aux « cicatrices moléculaires »20, cicatrices qui seraient laissées par la maltraitance infantile dans l’ADN des victimes21.

Karine Giebel, Toutes blessent, la dernière tue, Belfond, 2018

  1. Sur ce point voy. notamment : Maxime TELLIER, Comprendre la répression des Ouïghours par la Chine en quatre points clés, France culture, Juillet 2020. URL: [https://www.franceculture.fr/geopolitique/comprendre-la-repression-des-ouighours-par-la-chine-en-quatre-points-cles]. []
  2. Sur ce point voy. notamment : Nadia Nihel BOUAYAD-AGHA, Le rôle de la victime dans le passage à l’acte, Mémoire de magistère en sciences criminelles et criminologie, p. 15, [http://dspace.univ-tlemcen.dz/bitstream/112/2719/3/bouayad.pdf]. []
  3. Ezzat Abdel Fattah, La victime est-elle coupable ? Le rôle de la victime dans le meurtre en vue de vol, Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1971. Cité par Jo-Anne WEMMERS, Introduction à la victimologie, Presses de l’Université de Montréal, 2003, pp. 27 – 42, [https://books.openedition.org/pum/10771?lang=fr]. []
  4. Jo-Anne WEMMERS, loc. cit., pp. 27 – 42. []
  5. Ibid. []
  6. Sur ce point voy. notamment : Ezzat A. FATTAH, Rabia MZOUJI, « Quand recherche et savoir scientifique cèdent le pas à l’activisme et au parti pris », in Criminologie, vol. 43, n° 2, automne 2010, pp. 49–88. URL : [https://www.erudit.org/fr/revues/crimino/2010-v43-n2-crimino1512856/1001770ar/]. []
  7. Maurice CUSSON, « La prévention situationnelle I : la réalité et la théorie », in Maurice CUSSON (dir.), Prévenir la délinquance, Presses Universitaires de France, 2009, pp. 42-62. []
  8. Jo-Anne WEMMERS, op. cit., pp. 117 – 129,[https://books.openedition.org/pum/10778]. []
  9. Marie-France LE HEUZEY, « L’enfant maltraité : le regard du pédopsychiatre », Laennec, t. 56, n° 1, 2008, pp. 26-33, [https://www.cairn.info/revue-laennec-2008-1-page-26.htm]. []
  10. Sur ce point voy. notamment : Jo-Anne WEMMERS, op. cit., pp. 117 – 129. []
  11. Ibid. []
  12. Ibid. pp. 27-42. []
  13. Ibid. []
  14. Ezzat Abdel FATTAH, « La victimologie entre les attaques idéologiques et les critiques épistémologiques », in Déviance et société, vol. 5, n° 1, 1981, pp. 71-92. []
  15. Alice Miller, La Souffrance muette de l’enfant: L’expression du refoulement dans l’art et la politique, Aubier, 1993 []
  16. Marie-France LE HEUZEY, loc. cit. []
  17. Ibid. []
  18. Anne TURSZ, « Les conséquences de la maltraitance dans l’enfance sur la santé physique et mentale à l’âge adulte : approche épidémiologique de santé publique », in Revue française des affaires sociales, 2013, pp. 32-50, [https://www.cairn.info/revue-francaise-des-affaires-sociales-2013-1-page-32.htm]. []
  19. Ibid. []
  20. Sur ce point voy. notamment : A.L. ROBERTS, N. GLADISH, E. GATEY, et al., « Exposure to childhood abuse is associated with human sperm DNA methylation », Translational Psychiatry, 8:194, 2018, [https://www.nature.com/articles/s41398-018-0252-1.pdf]. []
  21. Sur ce point voy. notamment : Natacha TRIOU, « La maltraitance des enfants laisserait des « cicatrices moléculaires » dans l’ADN des victimes », Le journal des Sciences, Octobre 2018, [https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-sciences/le-journal-des-sciences-du-vendredi-05-octobre-2018]. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne-Blandine Caire (30 mai 2022). Approche criminologique du roman Toutes blessent, la dernière tue de Karine Giebel. Criminogonie. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndvn


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search