De la destruction d’une société à la sauvagerie criminelle. A propos de sa Majesté des Mouches.

Par Camille M’Nasri,  étudiante du Master Carrières Judiciaires, Université Clermont Auvergne (promotion 2020-2021)

Selon Rousseau, l’homme est naturellement bon et c’est la société qui le pervertit. Il s’oppose ainsi à Hobbes qui estime que « l’homme est un loup pour l’homme » et en déduit que ce dernier, naturellement mauvais, est enclin à la destruction d’autrui.

Avec Sa Majesté des Mouches, William Golding nous propose une réflexion alternative. Dans son roman, des enfants âgés de six à douze ans, issus de la haute société britannique, se retrouvent seuls sur une île déserte à la suite du crash d’un avion. Liberté, beauté, paradis : telle est l’atmosphère qui règne initialement. Si le récit prend d’abord l’aspect d’un conte à la Robinson Crusoé, il devient ensuite vers de plus en plus sombre, exploite la noirceur de l’âme humaine et débouche sur la commission d’actes particulièrement cruels.

Les enfants – qui sont censés ne pas pouvoir faire de mal à une mouche et représentent habituellement l’innocence et la pureté – deviendraient-ils des Majestés des Mouches, à l’instar de Belzébuth, cette figure du diable aussi appelé le Seigneur des Mouches ?

Dans une perspective criminologique, on se demande ce qui peut expliquer le processus par lequel ces enfants deviennent des criminels. Pour répondre à cette question, il convient, dans un premier temps, d’appréhender la situation d’isolement social à laquelle ils sont confrontés, situation qui favorise leur déshumanisation, puis, dans un second temps, d’analyser le phénomène spécifique de violence collective.

I – La situation d’isolement social : contexte favorable à l’ensauvagement

A la suite du crash de l’avion dans lequel ils se trouvaient, des écoliers anglais, seuls rescapés, se retrouvent sur une île ne présentant aucun signe de vie humaine : il n’y a ni parents, ni professeurs, ni aucun autre adulte. Si les enfants se réjouissent de ne plus être subordonnés à une quelconque autorité, ils tentent néanmoins de s’organiser en une micro-société assimilable à celle qu’ils viennent de quitter. Ils établissent une organisation avec des règles, des droits et des responsabilités: « Il nous faut des lois et de la discipline. Après tout, on n’est pas des sauvages. On est des Anglais (…). Alors on doit se conduire comme il faut »1. En effet, la nécessité d’avoir un dirigeant « qui prend des décisions »2 s’impose rapidement. Et c’est vers un mode démocratique de société qu’ils vont se tourner en décidant de procéder à un vote pour désigner leur chef, vote qui conduit à l’élection de Ralph.

Outre cette élection inspirée d’un système démocratique, une forme de droit à l’expression est garantie. Il s’agit d’un droit à la parole, accessible à tous puisqu’il suffit pour l’exercer de « lever le doigt comme en classe »3. De plus, les enfants s’organisent pour se répartir des tâches et des responsabilités: ils chassent pour se nourrir et l’entretiennent en permanence un feu dans l’espoir d’être vus et secourus. Dès leur arrivée sur l’île, les enfants se montrent rationnels et adoptent une attitude empreinte des valeurs qui leur ont été inculquées. Même Jack, qui semble d’emblée plus agressif, a un « moment d’hésitation » lorsqu’il brandit son couteau pour tuer l’animal qu’il chasse. Cette hésitation s’apparente à une crainte de tuer, plus précisément de commettre l’acte de « couper la chair vivante »4. Cette crainte témoigne de l’influence des valeurs morales issues de leur civilisation, valeurs dont ils sont encore imprégnés.

Cependant, cette microsociété s’effrite au fur et à mesure. Bien qu’ils tentent de créer une structure sociétale proche de la leur, ils restent isolés de la véritable civilisation et du reste du monde. Dès lors, le contrôle social imposé par leur éducation et les valeurs qui leur ont été inculquées va se dissiper. Les enfants vont faire fi des règles qu’ils connaissaient et finir par les transgresser : rien ni personne ne les oblige désormais à s’y conformer. Ce processus rappelle la théorie du lien social développée par le criminologue américain Travis Hirschi. Selon lui, les hommes respectent davantage les règles s’ils appartiennent à un groupe social et que leurs liens avec ce dernier sont forts5.

Dans son roman, William Golding décrit notamment une scène où l’un des enfants, Roger, s’amuse à jeter des cailloux à proximité d’un enfant plus petit, Henry, en laissant autour de lui une zone “qu’il n’os[e] pas franchir“.

“Le galet, ce gage d’une époque révolue, rebondit à cinq mètres à la droite d’Henry et tomba dans l’eau. Roger ramassa une poignée de galets et continua à le bombarder. Mais il laissait autour du petit garçon un espace d’environ six mètres de diamètre qu’il n’osait pas franchir. Là invisibles, mais puissants dominaient les tabous de sa vie d’antan. Autour de l’enfant accroupi planait la protection des parents, de l’école, du gendarme et de la loi. Le bras de Roger était retenu par une civilisation qui ne se préoccupait pas de lui et tombait en ruine”.

William Golding, Sa Majesté des Mouches, Folio, Gallimard 1983, p. 86.

Le lecteur voit ici s’effacer les valeurs inculquées aux enfants : certes, elles protègent encore Henry, mais  cette protection s’affaiblit progressivement face à l’éloignement de la civilisation. Roger prend conscience de l’absence d’autorité réelle. Même si certaines règles ont été établies par les enfants à leur arrivée sur l’île, leur absence de valeur contraignante facilite leur violation. Leur non-respect n’entraîne pas de sanctions : « On s’en fout (…) La barbe pour le règlement ! Nous sommes forts, nous chassons »6.

En outre, cet isolement vis-à-vis de leur civilisation réduit les enfants à un état de vie primitif qui fait appel à leurs instincts les plus primaires et contribue à modifier leur comportement.

A cet égard, rappelons que certaines théories criminologiques, comme celle d’Etienne de Greeff7 admettent que le psychisme humain est commandé par des instincts opposés.  Il y aurait les instincts de défense qui permettent à chacun de se protéger et se manifestent par des réactions de peur, de fuite ou d’agressions. Il y aurait également les instincts de sympathie qui assurent la défense de l’espèce et « fonctionnent sous le signe de l’abandon de soi sans défense et de l’acceptation totale d’autrui »8. Cette théorie s’applique au roman concerné : face à l’impératif de survie, les enfants vont peu à peu se scinder en deux groupes, respectivement dirigés par Ralph et Jack. D’un côté, Ralph agit de manière rationnelle: il tente de laisser un feu allumé pour que les enfants puissent être repérés et secourus et met en place un système basé sur l’échange et la protection de tous. De l’autre, il y a Jack qui paraît plus autoritaire et agressif. Il use de la peur pour manipuler les autres enfants et déchaîne son instinct sauvage comme l’illustre la scène de chasse lors de laquelle lui-même et ses comparses cessent de surveiller le feu, symbole d’espoir et de retour à la civilisation. Cette scène révèle égalment l’apparition de la cruauté chez ces enfants : Jack semble avoir pris plaisir à la vue de « giclées de sang ». Il se remémore le « sentiment de supériorité » ressenti « devant la bête qui se débattait et à qui ils imposaient leur volonté »9. Ce moment marque le véritable point de départ de l’ensauvagement chez les enfants.

En définitive, l’isolement social est un contexte de régression sociale. Il contribue à un effritement de la part d’humanité chez certains enfants qui se détachent de la civilisation et perdent leur individualité au profit du groupe.

II – La dynamique criminelle du groupe sur l’individu: une violence collective initiée par un leader

En montrant l’ensauvagement progressif des enfants, William Golding plonge le lecteur au cœur du processus de criminalité collective. Ce dernier passe par un effacement de l’individualité au profit de la collectivité. Ainsi les enfants perdent-ils peu à peu leur identité.

Leur comportement devient de plus en plus bestial et barbare. En guise de moyen de communication, le langage est fréquemment remplacé par des cris. L’auteur opère lui-même un changement dans son vocabulaire afin  d’évoquer cet ensauvagement : « un sauvage leva la main »10. Ce changement lexical accentue l’évolution des enfants: « Ce n’était plus Bill, c’était un sauvage »11. Certains ne connaissent même plus leur prénom12, élément pourtant fondateur de l’identité d’un individu.

En outre, Jack et les enfants qui se joignent à lui se masquent le visage avec de la peinture. Or, ce masque de peinture joue un rôle libérateur : il dissimule les expressions faciales, camoufle les émotions et préserve de la honte et de la gène13. Cette habitude a un pouvoir désinhibiteur sur les enfants ; elle leur permet d’oublier leur humanité pour devenir des sauvages violents14. Le masque apparaît donc comme un instrument contribuant à dissimuler l’altérité pour mieux s’affranchir de l’identité individuelle. Les enfants deviennent anonymes, le groupe prend le dessus et l’individu se confond dans la masse.

Cette négation de l’individu, proche des méthodes utilisées par les régimes totalitaires, engendre une perte de la conscience du soi qui se dissipe dans le groupe. Chacun est privé de sa conscience individuelle et de son libre arbitre. Cette dynamique de groupe constitue dès lors un terrain propice à la commission d’actes criminels s’inscrivant dans le cadre de violences collectives. Le groupe devient une foule criminelle telle que décrite par Gustave Le Bon dans La psychologie des foules15.

Métamorphosé par le fait de faire partie d’une foule, l’individu  perd sa capacité de raisonner : seule reste sa capacité d’agir. Dans le roman, les enfants se fondent dans le groupe et éprouvent un sentiment d’invincibilité et d’impunité. Cette dynamique criminelle spécifique s’accompagne d’une ritualisation. A titre d’exemple, le meurtre de Simon prend place sous la forme d’un rite de mise à mort dans lequel la rationalité laisse place au déchaînement d’une folie collective. Alors qu’ils commettent ce crime sacrificiel,  les enfants assimilent la victime au monstre dont ils ont peur : « A mort la bête ! Qu’on l’égorge ! Qu’on la saigne »16.

Si cette dynamique de groupe permet le passage à l’acte, encore faut-il souligner qu’elle est rendue possible uniquement par l’intervention d’un leader, Jack.

Tout d’abord, il assoit son pouvoir en instrumentalisant la peur suscitée par l’existence supposée d’un monstre sur l’île. Il alimente cette peur et s’en sert pour défier l’autorité de Ralph. Ce procédé fonctionne : la plupart des enfants rejoignent son camp.

Ensuite, il s’impose aux autres enfants de manière autoritaire, notamment grâce au masque : « le masque les forçait à l’obéissance » car il exerce sur les autres « une fascination mêlée d’effroi »17. Jack s’érige en véritable idole, les enfants ne s’adressent à lui qu’en l’appelant « chef ». Il se crée également un trône sur lequel il siège. La soumission du groupe à Jack doit être totale, il considère d’ailleurs ce groupe comme lui appartenant : « C’est mon territoire, c’est ma tribu »18. S’installe ainsi une relation de possession et de soumission entre Jack et sa tribu : « ceux qui veulent faire partie de notre tribu, n’ont qu’à venir. On les acceptera ou pas. Ça dépend »19. La crainte qu’il inspire et la pression qu’il exerce contraignent les autres enfants, qui ont peur des représailles, à une obéissance aveugle.

Enfin, les traits de personnalité de Jack rappellent ceux de la personnalité criminelle décrite par le criminologue français Jean Pinatel. Selon cet auteur, la personnalité joue un rôle essentiel dans le passage à l’acte20. L’agressivité, l’égocentrisme, l’indifférence affective et l’instabilité du comportement forment son noyau dur. Les époux Glueck ont également identifié les grands traits de personnalité à tendance criminelle que sont l’affirmation sociale, le défi, la suspicion, la tendance destructive et l’impulsivité21. Or, ces traits de caractère semblent se retrouver chez Jack. Dès l’arrivée sur l’île, il se montre impétueux et autoritaire, notamment envers Piggy : « Tu parles trop (…) La ferme le gros ! »22. De la même manière, il dirige la maîtrise de chœur au doigt et à l’œil, ne tolérant ni critique, ni opposition. La cruauté dont il fait preuve à la chasse révèle également son insensibilité. Enfin, il s’ auto-proclame chef et éprouve jalousie et rancœur envers Ralph, ce qui le pousse à défier son autorité et à contester l’organisation démocratique instaurée23.

***

Cette personnalité criminelle ne constitue toutefois qu’un facteur criminogène endogène, propre à Jack mais aussi à Roger, lequel est devenu son bras droit. Elle ne permet pas d’expliquer entièrement le passage à l’acte qui s’inscrit en l’occurrence dans une dynamique de groupe. Sans être les instigateurs du passage à l’acte, d’autres enfants ont en effet participé aux agissements criminels. Vraisemblablement, de tels agissements n’auraient pas eu lieu au sein de leur société d’origine, en présence d’institutions, de lois et d’une autorité parentale. L’isolement géographique et social des enfants a donc facilité leur passage à l’acte criminel.

https://images2.medimops.eu/product/6cd30d/M02070374807-source.jpg
  1. William Golding, Sa Majesté des Mouches, Folio, Gallimard 1983, p. 6. []
  2. Ibid. p.30. []
  3. Ibid. p. 46. []
  4. Ibid. p. 43. []
  5. Travis Hirschi, Causes of Delinquancy, Transaction Publisher, New Jersey, 2001. []
  6. William Golding, préc. , p. 129. []
  7. Voy. notamment: Etienne de Greeff, Les instincts de défense et de sympathie, PUF, Paris, 1947. []
  8. Raymond Gassin et al., Criminologie, Précis Dalloz, Paris, 2011, p. 220. []
  9. p. 98. []
  10. p. 226. []
  11. p. 261. []
  12. p. 286. []
  13. pp. 89 et 199. []
  14. 249. []
  15. Gustave Le Bon, La psychologie des foules, Petite bibliothèque, Classiques, Lausanne 2020. Voy. spéc. le chapitre premier, “Caractéristique générale des foules. Loi psychologique de leur unité mentale” et le chapitre X “Les foules dites criminelles“. []
  16. William Golding, , préc., p. 215. []
  17. pp. 89-90. []
  18. p. 250. []
  19. p. 199. []
  20. Jean Pinatel, Traité de criminologie, 1975, n°364 à 409 ; voy. égal. Raymond Gassin et al., préc., p. 540. []
  21. Raymond Gassin et al., préc., p. 536. []
  22. p. 29. []
  23. p. 30. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne-Blandine Caire (2 mars 2022). De la destruction d’une société à la sauvagerie criminelle. A propos de sa Majesté des Mouches. Criminogonie. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndvm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search