Macbeth, ou la rationalisation du crime

Par Tom PARTOUCHE, doctorant à Université Clermont Auvergne

« Astres, voilez vos yeux !
Que la lumière ne puisse voir mes désirs, qui sont ténébreux, Et que l’oeil se détourne de la main ! Que celle-ci ait pouvoir D’accomplir librement ce que l’œil craindrait trop de voir. »

William Shakespeare, Macbeth, Acte I, Scène IV.

Si l’Écosse médiévale racontée par le Barde peut paraître bien lointaine au criminologue contemporain, les tragédies shakespeariennes témoignent pourtant d’une perception du phénomène criminel à l’acuité troublante. Quatre siècles après la première publication de Macbeth, en 1623, il semble ainsi opportun d’en proposer une lecture plus moderne que celles qu’en firent les pères de la criminologie, au premier rang desquels figurent les italiens Enrico Ferri et Cesare Lombroso1, qui citaient, directement à l’appui de leurs démonstrations, l’œuvre foisonnante du poète anglais, « mine d’une inépuisable richesse […] où un art parfait s’allie à une observation scientifique rigoureusement exacte »2. Si, aujourd’hui, ces théories sont largement battues en brèche, il n’en demeure pas moins que William Shakespeare les précède et ne saurait souffrir une analyse à l’aune du seul prisme de la physiognomonie mais nécessite une analyse psychologique et sociale qui n’avait vraisemblablement pas échappé au dramaturge.

Puisqu’il semblerait que même celui que ses pairs qualifient du plus vertueux des hommes ne puisse échapper au crime, il semble nécessaire d’examiner en détail les parcours que William Shakespeare attribue à Macbeth et à son épouse, partenaire indissociable et peut-être principale actrice de leur chute commune. Le meurtre du roi Duncan n’est ainsi que la première étape de cette spirale criminelle, bientôt suivi de l’orchestration de celui de son frère d’armes Banquo et d’une fuite en avant des époux Macbeth jusqu’à ce que la raison qui avait d’apparence guidé leurs choix leur fasse définitivement défaut et les mène au tombeau.

Se découvrant une ambition naissante et dévorante, le nouveau seigneur de Cawdor se convainc ainsi progressivement de la fictive nécessité de son crime (I), mais finit par être rattrapé par les conséquences bien réelles de ses actes (II).

I. D’un rassurant conformisme à une innovante ambition

Lentement rongés par l’ambition, Macbeth et son épouse cherchent à atteindre autrement les nouveaux objectifs qui leur sont apparus (A) et vont jusqu’à admettre que le crime est finalement la conséquence malheureuse mais inévitable du plus rationnel des choix (B).

A. Une lutte insidieuse entre vertu et désirs inassouvis

Si Macbeth pouvait se résumer en un mot, il s’agirait sans aucun doute de celui d’ambition. Citons ici l’ambition du modeste seigneur de Glamis: à peine lui est-il suggéré dans les premières scènes de la pièce qu’il pourrait un jour être appelé par un autre titre plus prestigieux, qu’il tressaille déjà et sent naître en lui de funestes desseins n’ayant d’autre source que sa propre réflexion. D’abord seigneur de Glamis, puis de Cawdor – après la disgrâce du précédent titulaire du titre –, il va finalement ceindre la couronne d’Écosse que porte encore un monarque auquel il a pourtant juré allégeance. Il aura suffi à Macbeth que se réalise la première partie de cette prédiction, « prélude heureux pour l’orchestration de [s]on thème royal »3, pour que naisse en lui l’envie de voir la seconde s’accomplir à son tour.

Il n’y a aucune nécessité pour Macbeth de commettre un quelconque crime: « peut-être, si le sort veut [l]e faire roi, [l]e couronnera-t-il sans [qu’il ait] à faire »4. Pourtant, la tension est rapidement trop forte pour celui qui se voit désormais roi d’Écosse. C’est de cette tension5 entre les objectifs qu’il se fixe et les moyens qu’il s’autorise à mettre en œuvre pour y parvenir que va naître le désordre. Ainsi Macbeth approche-t-il d’abord de façon résolument conformiste sa situation, acceptant à la fois les objectifs de réussite sociale qui siéent à sa position dans la noblesse guerrière écossaise et les moyens pour y parvenir. Puis, insidieusement, il va être tenté d’innover, admettant progressivement qu’il puisse exister d’autres moyens que ceux qu’il avait envisagé jusqu’ici pour atteindre son but.

Cette transition n’est cependant pas une évidence. Macbeth ne peut initialement se résoudre à la mort du roi Duncan, dont les « vertus trompetteraient comme des anges contre le grand pêché que serait son meurtre »6, mais souhaite simplement accepter son destin. L’abandon de ses valeurs initiales advient seulement au prix de longs efforts conjoints de son ambition et de son épouse. Lady Macbeth, en effet, tranche très rapidement les doutes dont lui fait part un époux dont elle juge que, quoiqu’il veuille la grandeur, « ce n’est pas l’ambition qui [lui] manque, mais l’âpreté sans scrupules qui doit la suivre »7. Face à celui qui voudrait voir fait sans avoir à faire, elle prend sur elle d’abandonner aussitôt – et bien plus facilement que son mari, qui reste attaché à l’idée de parvenir à ses fins par des moyens plus en adéquation avec ses valeurs morales – un conformisme qui n’était vraisemblablement qu’une façade, « afin qu’aucun scrupule, et rien de la nature, n’ébranle [s]on dessein féroce ou ne s’interpose entre lui et sa conséquence »8. Elle œuvre dès lors à saper les réticences de Macbeth et à le convaincre de leur absurdité. Lesdites réticences n’auraient d’autres fondements qu’une morale timorée: elle considère que la fin – un pouvoir et une gloire valorisés par dessus tout – justifie les moyens, quels qu’ils soient.

Effectuant ses dangereux premiers pas sur son itinéraire criminel9, Macbeth, poussé par son épouse, ne s’arrête pas à un assentiment inefficace précocement évacué mais le verra plutôt s’épanouir et se formuler jusque dans ses moindres détails.

B. Le choix rationnel d’un calcul utilitaire

Il semble évident que, contrairement aux doctrines philosophiques qui lui sont contemporaines, William Shakespeare ne considère pas l’origine du mal comme une corruption de l’âme par des forces extérieures. Pour lui, le mal est inhérent à l’humanité et ne demande qu’un terreau propice pour croître et se développer. Preuve en est, l’apparition des sorcières en introduction de la pièce, qui « n‘annoncent rien et surtout ne décident rien qui ne soit ce que Macbeth a déjà imaginé lui-même, a déjà voulu »10 : Macbeth seul est à l’origine du lien entre son accession prophétisée au trône d’Écosse et le meurtre de son actuel occupant et Macbeth seul prend la décision de passer à l’acte.

Malgré un engagement et une intégration sociale11 plus qu’accomplie au sein d’une noblesse écossaise qui le respecte et l’admire, le projet criminel de Macbeth ne succombe pas face à ses réticences. Malgré la prééminence des valeurs de loyauté et d’honneur dans son esprit, Macbeth ne parvient pas à laisser derrière lui ce qui aurait pu n’être que la simple pensée que la mort de Duncan pourrait servir ses intérêts. Et pour cause, Macbeth dispose d’un puissant moyen de neutraliser sa culpabilité12 : son épouse. Forts de ce lien, « que ne [pourraient-ils] faire, [lui] et [elle], contre Duncan sans défense »13 ?

Ils procèdent alors à un choix rationnel. Sûrs d’avoir mis au point un plan qui ne laisse aucune place au hasard après avoir si bien rassemblé « toutes [leurs] énergies pour ce terrible exploit »14, ils en sont désormais convaincus : les bénéces prévisibles du crime qu’ils s’apprêtent à commettre sont bien supérieurs à la probabilité qu’ils soient découverts et condamnés15. Désormais persuadés qu’il est inutile de tergiverser davantage, que « parler souffle sur l’acte et le refroidit »16, que, enfin, seul le « commencement […] peut [les] perdre et non la chose même »17, l’un et l’autre en ont conscience : l’instant du passage à l’acte sera moralement éprouvant mais constitue un mal nécessaire.

Balayant les derniers doutes de son époux, Lady Macbeth lui rappelle que lorsque « ni le moment, ni le lieu n’étaient favorables, alors : [il voulait] les forcer à l’être »18, et que, maintenant qu’ils le sont devenus, cette chance ne saurait le laisser sans ressort. Aucune barrière, externe ou interne, quelle qu’elle soit, n’aura permis à Macbeth d’avoir la retenue nécessaire19 pour ne pas succomber et prévenir le meurtre du roi Duncan. En crise, Macbeth laisse sa morale dériver jusqu’au dénouement funeste dont, soumis à un dangereux présentisme, il ne parvient à percevoir les conséquences sur une raison égarée qu’il croyait pourtant sûre.

II. L’insurmontable dissonance entre le crime et la raison

Alors qu’ils commencent à peine à ressentir l’impact de leur première transgression, les époux Macbeth, an qu’elle n’ait pas été vaine, s’enfoncent dans une dangereuse spirale criminelle (A) dont ils seront nalement eux-mêmes les dernières victimes (B).

A. Une fuite en avant interdisant la désistance

Alors que le corps sans vie de Duncan est découvert, Macbeth et son épouse, persuadés d’être insoupçonnables, donnent le change : « trompeur doit être le visage quand l’est le coeur20 ». Pourtant, commence déjà une série de meurtres ayant pour seule finalité de légitimer le premier. Se débarrassant utilement des témoins gênants qui deviennent les boucs émissaires idéaux, Macbeth élimine d’abord les gardes du défunt roi, endormis et barbouillés de sang à leur insu, sous le couvert d’un emportement ayant pris « de court la raison qui refrène21 », afin d’être certain que ne s’arrête pas en si bon chemin sa marche vers la couronne. Malgré toutes ses précautions, Banquo suspecte déjà Macbeth d’avoir « joué un bien sale jeu 22 » pour s’emparer du pouvoir. Afin de n’avoir pas en vain « infecté [son] âme, en assassinant le généreux Duncan23 », un meurtre en appelant un autre, Macbeth commandite alors le meurtre de celui qui fut son plus loyal frère d’armes et de son fils.

Puisque « ce qui commence par le mal ne prospère que par le mal24 », que « le sang appelle le sang25 », et qu’il est impossible de revenir en arrière et de ramener « ces morts dont, pour la paix de [leurs] ambitions, [ils ont] assuré la paix éternelle26 », les époux Macbeth prennent conscience de l’irréversibilité de leurs transgressions. Eux qui sont « si jeunes encore, dans le crime 27 » n’ont plus le choix: « devant [leur] intérêt tout doit céder le pas [puisqu’ils sont] si loin dans ce flot de sang que, [s’ils renonçaient] à y patauger davantage, [s’en] retirer, ce serait aussi dur qu’avancer encore28 ». Progressivement, incapable de revenir en arrière, Macbeth s’enfonce ainsi irrévocablement dans une criminalité de plus en plus violente, allant jusqu’à régner en tyran sur une Écosse dont il était pourtant le premier défenseur. Désormais habitué à la violence, « l’atroce est familier à [ses] pensées meurtrières et ne [le] fait plus tressaillir29 ». Pourtant, si peu de temps auparavant, il osait à peine envisager la simple idée du meurtre de Duncan.

Refusant d’admettre les dissonances entre la raison supposément sans failles qui les a poussés vers le crime et l’absurdité de ceux qui l’ont suivi au seul but de le justifier, les époux Macbeth s’éloignent de plus en plus de la désistance qui aurait pu mettre un terme à leur carrière criminelle. Face aux contradictions entre ce qu’ils sont devenus et ce qu’ils entendaient être, forcés de renoncer aux vertus qui les caractérisaient et reniés par leurs pairs, ils s’enfoncent lentement dans une folie qui les conduira tous deux à leur perte.

B. Une raison vacillante rongée par le remord

À mesure que leurs méfaits s’accumulent, le poids de la culpabilité ne tarde pas à accabler les nouveaux souverains d’Écosse. Macbeth, d’abord, comme le corollaire de toutes ses réticences si dicilement abandonnées, est le premier à le ressentir alors que le corps de Duncan saigne encore. Il oublie d’ailleurs d’accomplir certains détails du plan pourtant si minutieusement préparé. Lady Macbeth, plus prompte à faire taire ses états d’âme par une raison viciée, le reprend aussitôt. À celui qui constate l’horreur de son crime et ses mains tâchées de sang, elle répond que « penser que c’est horrible, c’est stupide30 ». Rationnelle, elle estime qu’ « un petit peu d’eau claire et [les] voilà lavés. Puis tout sera facile 31  ». Pourtant, Macbeth, encore sous le choc, refuse de s’arracher « à ces rêveries pitoyables 32  » et s’inquiète que « tout l’océan du grand Neptune33 » ne puisse laver ses mains du sang de sa victime, figurant le péché qui entache désormais son âme. De voix imaginaires entendues lors du meurtre de Duncan aux spectres de ses victimes venant fêter son couronnement, le parcours criminel de Macbeth, comme s’il sentait « tous ses meurtres cachés lui coller aux doigts34 », semble être pour William Shakespeare l’origine d’une aliénation grandissante. S’il semble hasardeux de déterminer si cette folie est latente ou si elle est seulement la conséquence de la transgression, il n’en demeure pas moins qu’elle a été aggravée par chacun des pas de Macbeth vers le crime.

Lady Macbeth ne parviendra pas non plus à rester cachée derrière son masque d’apparente logique. Elle sera elle aussi confrontée au revers traumatique de son crime, « troublée d’une foule de hantises qui la privent de tout repos 35. Elle qui faisait peu de cas du trouble de son mari face à ses mains tachées de sang ne cesse finalement de chercher à faire disparaître une « maudite tache36 » qu’elle ne fait qu’imaginer. Puis « encore une tache37 » ou « encore cette odeur de sang38 ». Ses « mains ne seront-elles donc jamais propres39 » ? L’appel à la médecine pour traiter ces troubles psychiatriques – discipline encore balbutiante dans l’Angleterre élisabéthaine de William Shakespeare – dresse le constat suivant: « des actes contre nature engendrent, c’est certain, des troubles semblables40 ».

Atteinte de crises de somnambulisme et de délire, la nouvelle reine finit par tourner « sa violence contre sa propre vie41 » alors que Macbeth succombe sous les coups de ses ennemis après s’être sciemment exposé à ce risque mortel. Pour l’un comme pour l’autre, cette auto-agression apparaît comme la seule échappatoire à une carrière criminelle vidée de sens, trop pesante pour être poursuivie mais impossible à interrompre autrement.

***

Pourtant bien capables de faire la différence entre le bien et le mal, les époux Macbeth ont fait le choix du crime, espérant minimiser leurs efforts dans leur quête du pouvoir. Dans leur analyse du rapport entre le coût et les bénéfices potentiels de leurs transgressions, ils semblent avoir omis une donnée essentielle : leur coût moral. Dès lors, toute la rationalité de ce calcul s’en trouve viciée et leur raisonnement n’a en réalité plus rien d’utilitaire.

T. P.

  1. Cesare Lombroso, L’homme criminel, trad. Regnier et Bournet, Paris, Félix Alcan, 1887, p. 365. []
  2. Enrico Ferri, Les criminels dans l’art et la littérature, trad. E. Laurent, Paris, Félix Alcan, 1897, p. 35. []
  3. William Shakespeare, Macbeth, trad. et éd. Yves Bonnefoy, Paris, Gallimard, 2016, I, III, p. 31. []
  4. Ibid., I, III, p. 31. []
  5. Voy. sur ce point: Robert K. Merton, « Social Structure and Anomie », American Sociology Review, vol. 3, n° 5, 1938, p. 672-682. []
  6. Shakespeare, op. cit., I, VII, p. 72. []
  7. Ibid., I, V, p. 36. []
  8. Ibid., I, V, p. 38. []
  9. Étienne de Greeff, Introduction à la criminologie, vol. 1, Bruxelles, Joseph Vandenplas, 1947. []
  10. Yves Bonnefoy, préface à Macbeth, par William Shakespeare, Paris, Gallimard, 2016, p. 13. []
  11. Sur ce point, voy. ntmt: Howard S. Becker, Outsiders, trad. J.-P. Briand et J.-M. Chapoulie, Paris, Métailié, 2020. []
  12. Sur les modes de neutralisation, voy. par ex.: Gresham M. Sykes et David Matza, « Techniques of Neutralization : A Theory of Delinquency », American Sociology Review, vol. 22, n° 6, 1957, p. 664-670. []
  13. Shakespeare, op. cit., I, VII, p. 44. []
  14. Ibid., I, VII, p. 45. []
  15. Comp. avec les analyses de Gary S. Becker: Gary S. Becker, « Crime and Punishment : An Economic Approach », The Journal of Political Economy, vol. 76, n° 2, 1968, p. 169–217. []
  16. Shakespeare, op. cit., II, I, p. 50. []
  17. Ibid., II, II, p. 51. []
  18. Ibid., I, VII, p. 44. []
  19. Comme. avec les analyses de Walter C. Reckless: Walter C. Reckless, « A New Theory of Delinquency and Crime », Federal Probation, n° 25, 1961, p. 42-46. []
  20. Shakespeare, op. cit., I, VII, p. 45. []
  21. Ibid., III, I, p. 62. []
  22. Ibid., III, I, p. 69. []
  23. Ibid., III, I, p. 72. []
  24. Ibid., III, II, p. 79. []
  25. Ibid., III, IV, p. 90. []
  26. Ibid., III, II, p. 78. []
  27. Ibid., III, IV, p. 91. []
  28. Ibid., III, IV, p. 91. []
  29. Ibid., V, V, p. 141. []
  30. Ibid., II, II, p. 52. []
  31. Ibid., II, II, p. 55. []
  32. Ibid., II, II, p. 55. []
  33. Ibid., II, II, p. 55. []
  34. Ibid., V, II, p. 133. []
  35. Ibid., V, III, p. 136. []
  36. Ibid., V, I, p. 129. []
  37. Ibid., V, I, p. 129. []
  38. Ibid., V, I, p. 130. []
  39. Ibid., V, I, p. 129. []
  40. Ibid., V, I, p. 131. []
  41. Ibid., V, IX, p. 151. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Tom Partouche (4 avril 2024). Macbeth, ou la rationalisation du crime. Criminogonie. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5xf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search